Une décision de justice dangereuse

Publié le par F.

Imaginez une seconde : vous tentez de soustraire votre famille (vous-même et vos enfants) à un père reconnu violent, vous bataillez pour trouver un hébergement grâce aux associations d'aide aux femmes battues et ... finalement vous êtes condamnée par la justice pour "soustraction d'enfants" car vous avez caché votre nouvelle adresse à l'époux violent ! 
C'est ce qui vient de se passer au XXIe siècle, en France et plus précisément à
Dunkerque
Inutile de préciser que les
associations, comme Sedire, qui se démènent pour la cause des femmes sont particulièrement choquées. Et que les juristes guettent la suite de cette décision.

Pour la
pétition en ligne contre ce genre d'ineptie, c'est ici.

Une suggestion : envoyer la pétition à Cécilia Sarkozy pour voir si le sort des femmes de France la motive autant que celui des otages à l'étranger. Evidemment, il sera difficile de négocier ici avec des ventes d'armes ! Mais on peut toujours imaginer que la justice revienne sur cette affaire en disant comme le fils du colonnet Khadafi qu'il (elle) n'a pas cru en culpabilité des infirmières bulgares (des femmes qui protègent leurs enfants).

Publié dans féminin France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

KATY 07/09/2007 17:29

Pendant des années, le père de mes enfants n'a pas laissé d'adresse après le divorce (j'ai eu l'enfant mineur à charge).  Je savais que la non-communication d'adresse est sévèrement puni par la Loi, je l'ai fait remarquer à l'avocat pour obtenir comme réponse : Le Tribunal ne s'occupe pas de ce genre de choses...  Le père n'a jamais été inquiété pour ne pas avoir communiqué ses adresses, alors que j'en avais informé le Tribunal.  Ne pas confondre théorie et pratique !Cliquez sur http://attentiondanger.over-blog.comet vous verrez que la réalité n'est pas belle !  De quoi se poser des questions sur la Justice ! 

babeil 02/08/2007 20:57

Tout dépend si elle a suivi les procédures. Il faut qu'elle demande le divorce si elle est mariée et surtout la garde exclusive des enfants.

Si le ou la juge aux affaires familiales ne la lui a pas accordée, rien d'étonnant à ce qu'elle soit poursuivie aujourd'hui en justice. Je ne comprends pas bien. Il faudrait donner davantage de précisions sur l'affaire.

F. 02/08/2007 22:01

Visiblement, une procédure de divorce a été entamée. Et le père n'a jamais été condamné pour ses violences (dépot de plainte).Et même si le jugement a été rendu sur la forme plus que sur le fond, comment peut-on se cacher pour se soustraire à  des actes répréhensibles tout en communiquant son adresse ? Il y a un bug quelque part à mon avis.C'est le quotidien régional "La Voix du Nord" qui semble relayer