Coups de coeur et coup de gueule

Publié le par F.

Doris Lessing aura 88 ans le 22 octobre.Contente pour le prix Nobel de littérature décerné à Doris Lessing : il aurait pu venir avant. Mais bon !
Si on se rappelle que
depuis 1901, seules 33 femmes ont reçu ce prix (dont Marie Curie qui l'a eu 2 fois), on constate que la littérature (11 prix) et la paix (12 prix) sont les disciplines les plus féminines du Nobel !

Contente aussi que ce soit une femme qui empoche le
Man Booker Prize, plutôt réputé dans le monde des lecteurs anglophones. A vrai dire, je ne connais pas l'Irlandaise Anne Enright ni son roman "The Gathering" mais elle n'a que 45 ans. Voilà qui lui évite d'attendre d'être octogénaire pour être reconnue ! 
D'ailleurs si la romancière elle-même dit qu'on ne doit pas choisir son livre si on veut une histoire heureuse pour se remonter le moral, je vais sans doute attendre un peu...

Car mon coup de gueule de la semaine concerne l'histoire Cantat / Trintignant. Ce n'est pas tant la liberté conditionnelle de Bertrand Cantat qui me pose souci que la couverture médiatique qui en est faite (384 articles selon Google actualités !). Rares sont les journaux qui n'ont le plus souvent accordé qu'un rapide encadré à l'
inauguration faite par Nadine Trintignant (la maman) d'un centre d'hébergement pour femmes battues dans le XVe arrondissement parisien. Et pourtant c'est bien cela qu'il faut encourager. Si les violences dites conjugales sont un phénomène national qui reste malheureusement un phénomène considérable, les solutions d'hébergement pour les femmes qui osent réagir sont trop peu nombreuses à Paris comme en province. Mais les médias préfèrent braquer leurs projecteurs ailleurs !

 

Publié dans coup de gueule

Commenter cet article

Emelire 24/10/2007 14:34

tu n'es pas seule ! ;o) et encore, des tas de femmes (et d'hommes) ont été choqués par la manière dont l'info est faite et toute l'hypocrisie qui consiste ensuite à dire "mais tout le monde en parle, le pauvre laissez le ..." alors que la plupart des gens pensent, bien au delà de Cantat la personne ... aux violences conjugales. Donc vraiment nous sommes loins d'un "acharnement" sur cet homme en particulier... Mais c'est tellement pratique : parler isolément d'une victime ou d'un meurtrier ... car si l'on prend les chiffres, alors il faut bien mettre un nom là-dessus : violences conjugales, ... et chercher des racines communes entre le meurtrier alcoolique chômeur ou frustré par un boulot abrutissant ... et un homme jeune, beau, sensible dans ses paroles musicales, artiste qui réussit sa vie et a une vie sentimentale et sexuelle ... voilà et les racines communes qui a envie de les voir ? le machisme ambiant, la place subalterne des femmes dans tous les domaines et surtout dans les mentalités, l'autorisation d'une certaine violence (ne serait ce qu'en famille contre les enfants), la tolérance pour la violence masculine et l'idée que les femmes sont là pour servir, que les hommes ont des droits eux et des besoins irrépressibles ... bref tout cela, le tronc commun des violences pourrait en inversé devenir un tronc commun de la lutte : mais cela signifie des femmmes (et quelques hommes) qui se rassemblent contre les violences mais aussi contre tout ce qui prépare le terrain des violences : femmes sommées d'être douces, gentilles, compréhensives, tolérantes, acceptant tout et même de faire ce qu'elles n'ont pas envie ... pour faire plaisir à l'homme ... sommées de comprendre ses coups de gueule, son agressivité et parfois sa violence... quand nous femmes en sommes encore à faire notre introspection sans fin : suis je une bonne épouse, une bonne mère, une bonne cuisinière, suis je sexy et assez jolie ? ... bref ... dénoncer tout cela serait parler en rassembleuse, en "syndicaliste des droits des femmes" ... or de tous temps les rassemblements de femmes pour leurs droits ont été violemment ou insidieusement combattus ! Au contraire, on nous montre la violence comme cela sert de terrorisme. Quand on dit "1 femme sur 10 victime de violences conjugales" c'est palpable pour la femme, le risque qu'elle encourt, et la chance qu'elle a si elle vit (comme moi) avec un homme qui n'est pas violent. ... Si on disait "1 homme sur 10 exerce une forme de violence conjugale", cela déplacerait aussi le projecteur sur l'acteur de la violence ... peut être que les hommes en général se sentiraient + "touchées" et à se dire "mince, faudrait quand même faire quelque chose, nous on est pas comme ça, etc. et pourquoi et que faire..." également les hommes violents peut ^ter en levant les tabous ... pourraient chercher à se faire soigner, car je pense qu'un certain nombre d'entre eux se rend compte à un moment qu'une limite est franchie ... et ça ne les rend pas + heureux ... bref y'a du boulot !

F. 24/10/2007 17:59

Emelire, on sent bien toute ta révolte ! Et j'apprécie ton idée de retourner la situation en axant le discours non plus sur les victimes mais sur les agresseurs. D'ici à ce qu'on puisse entendre cela dans les medias ... il faudra encore du temps je pense.   N'oublie pas ma chaîne de lecture !

Corinne 20/10/2007 18:20

Contrairement à toi Françoise, la liberté conditionnelle de Cantat me "pose souci". J'en reviens pas qu'on le lui ait accordé. Comme le souligne Claude, il a tué sa compagne après l'avoir frappé !!! C'est un acte odieux, impardonnable. Et je ne pense pas que s'il avait tué un homme, il serait à l'heure actuelle en train de se dégourdir les jambes dans son jardin ! Quant à ce que fait de cette "histoire" la presse, mais c'est à vomir ! Nadine Trintignant doit se sentir bien seule...

F. 21/10/2007 21:59

Je suis à 100% d'accord avec toi Corinne. Attention ! Je n'ai pas dit que la liberté de Cantat ne me posait pas souci, mais je préférai axer mon billet sur la couverture médiatique qui en était faite. Sur le fond, je trouve aussi qu'il y a 2 poids et 2 mesures selon qu'on tue un homme ou sa compagne. Mais même là-dessus les médias ne se positionnent pas, alors qu'il y avait justement une occasion en or avec l'inauguration faite par Nadine Trintignant. Vraiment de quoi râler !!!

Gwendoline 19/10/2007 13:17

Je suis sûre que l'on parlera moins de la Journée Internationale contre les violences faites aux Femmes (25 novembre) que de cette sortie de prison...

F. 19/10/2007 13:57

Cela risque malheureusement d'être vrai ! Il faudra rester en alerte.

Claude 17/10/2007 21:51

Tout à fait d'accord avec toi sur l'affaire Cantat. J'ai trouvé in-cro-yable qu'une émission de Mots Croisés y soit entièrement consacrée. Ca met la libération de quelqu'un qui a tout de même tué sa compagne, sur le même plan que la guerre d'Irak ou la question de la bombe atomique en Iran. S'il avait tué un homme, au lieu de sa femme, je pense qu'il en aurait pris au moins le double. Bref, ça me met tellement en colère que j'ai tendance à tout mélanger. La presse française est lamentable !

F. 17/10/2007 22:06

Claude, ravie de voir que tu apportes de l'eau à mon moulin. Je me sens ainsi moins seule !