Violences faites aux femmes en France

Publié le par F.

Amnesty International s'intéresse depuis plusieurs années au sujet, mais cette fois-ci c'est un rapport qui est publié et qui vise à interpeller à la fois la société dans son ensemble et l'Etat dans son action. Cette étude met en avant les problématiques des violences au sein du couple et de la traite des femmes aux fins de prostitution. D'autres aspects, comme les obstacles spécifiques rencontrés par les femmes dans un contexte de migration sont également abordés, en particulier la question des mariages forcés et des mutilations sexuelles féminines.

Le but de l'
ouvrage (publié aux éditions Autrement) est de faire un état des lieux, non pas de la violence elle-même, mais de la réponse des autorités françaises aux violences subies par les femmes. La contribution d'Amnesty International à la lutte contre ces violences est un signal d'alarme adressé à la société et un appel à la responsabilité de l'État. Une campagne de sensibilisation audiovisuelle devrait suivre dès la fin février.

L'intérêt de cette étude  : elle repose principalement sur des entretiens avec des professionnels - médecins, travailleurs sociaux, juristes et avocats - mais aussi avec des associations spécialisées et enfin avec des victimes.  Mais elle s'est également appuyée sur les études existantes, celles réalisées par des chercheurs en sciences sociales, les rapports d'activité des associations rencontrées, et sur un certain nombre de rapports institutionnels, réalisés par les ministères concernés ou par des groupes de travail parlementaires. Ce travail s'inscrit donc dans une logique de soutien aux activités des associations impliquées en France sur le terrain auprès des femmes et qui ont largement participé à une meilleure prise en compte de leurs droits.

Et les paroles de Geneviève Sevrin, présidente d'Amnesty International-France font frémir : « toutes ces violences ont pour point commun d'être fondées sur une discrimination de genre. De cette discrimination découle la domination. Cette violence spécifique s'exerce sur les femmes avant tout parce qu'elles sont femmes ».

Publié dans coup de gueule

Commenter cet article