L'Algérie compte et le Maroc écoute ...

Publié le par F.

Au 1er trimestre 2006, il y aurait eu au moins 1 762 femmes violentées en Algérie, dont 6 cas d'homicides volontaires et de meurtres avec préméditation, ont indiqué mardi les services de sécurité algériens, cités par la presse. La brève relayée par Menara détaille ensuite des chiffres qui font froid dans le dos. Si les mauvais traitements subis sont dus à des inconnus dans la plupart des cas, on trouve aussi le mari, le père, le frère ou le fils à l'origine de plus de 20% des violences ! Et quand on précise en outre que ces statistiques ne reflètent pas la réalité - difficile de porter plainte dans la société algérienne - on sent désormais de gros glaçons dans le dos.

Au Maroc, dans la région de Fès-Boulemane, ce sont de nouveaux centres d'écoute et d'orientation juridique pour femmes victimes de violence qui ont été créés, à l'initiative d'une association féminine qui oeuvre pour la promotion des droits socio-économiques des femmes : "Initiatives pour la protection des droits des femmes" (IPDF).

Publié dans féminin Monde

Commenter cet article

Yann 02/11/2006 02:32

L'Algérie ferait bien surtout de voter un nouveau Code de la famille en faisant fi des résistances islamistes. Et ce n'est pas de quelques amendements dont il a besoin !
Quant au Marpc, après la réforme de la moudawana, du Code de la nationalité... ce serait logique qu'il s'attaque à la question des droits de succession puisque l'égalité entre hommes et femmes est désormais affirmée.